Start-up : késako ?

Start-up : késako ?

Le terme start-up est sur toutes les lèvres depuis la dernière décennie où l’on a vu se multiplier les incubateurs, ou encore les événements liés à la technologie. Mais en fait, c’est quoi une start-up ?

Par définition simple, on dira qu’une start-up est une entreprise qui démarre, d’où également sa traduction française « Jeune pousse ». Mais il faut croire que ce critère est loin d’être suffisant. On ne qualifiera par exemple pas le café qui vient d’ouvrir dans le coin de start-up.

On dira ensuite que c’est une petite entreprise à taille humaine, mais cela reste encore très vague et peut vite se confondre avec une PME. Quoique, une start-up peut être une PME (le but étant bien sûr de ne pas le rester longtemps), mais une PME n’est pas non plus forcément une start-up. Nuance évoquée par Hervé Lebret, auteur de « Start-up : the book ».

C’est d’ailleurs une idée reçue, sachant qu’AirBnB ou Twitter, qui sont maintenant des géants sur leur secteur respectif, peuvent toujours être considérés comme des start-ups, n’ayant pas encore de modèle économique défini.

L’esprit start-up vu par Kevin Rose

Une start-up est donc… ?

Si la taille et l’âge de l’entreprise ne sont donc pas des éléments suffisants pour définir ce qu’est réellement une start-up, comment peut-on réellement la différencier d’une entreprise dite traditionnelle ? Patrick Fridenson, historien des entreprises, indique qu’il y a trois critères à prendre en compte, dont la perspective d’une forte croissance, le besoin de financement et l’usage de technologie nouvelle.

Une start-up est en effet une structure qui part généralement de rien… si ce n’est d’une simple idée, qui n’a pas de modèle économique établi et qui évolue sur un marché nouveau à fort potentiel (mais sur lequel il est encore très difficile d’évaluer les risques) ainsi que dans un environnement technologique mouvant.

C’est donc une structure en phase d’expérimentation ou de recherche au terme de laquelle elle cesse d’exister : soit parce qu’elle réussit et devient une entreprise, soit à l’inverse parce qu’elle échoue et est contrainte de disparaître. Le défi quotidien des nouveaux entrepreneurs !

Après, les difficultés auxquelles les start-ups font face sont compensées par la bonne ambiance qui règne dans ces structures, généralement constituées de jeunes (d’âge et d’esprit!). Une atmosphère particulière que même les grandes entreprises veulent adopter aujourd’hui, d’où l’apparition récente également de l’expression « Esprit start-up »… mais ça, c’est une autre histoire !

Leave a comment